st-martyr


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aspiration au repos [pv Doly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johannes Alexis Barthe



Masculin
Nombre de messages : 8
Age : 28
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Aspiration au repos [pv Doly]   Mar 4 Sep - 7:19

Dormir… Je suis fatigué, je ne pense qu’à ça. Dormir, car j’ai passé la nuit à étudier. Vraiment. C’est d’ailleurs pourquoi je suis de bonne humeur : mon travail n’a pas été interrompu par cet « autre » moi, celui qui s’accapare mon corps sans que je le veuille, et qui, d’ailleurs, semble être mon total opposé. Du moins, d’après ce qu’on m’a dit. Qui? Mon entourage. J’ai été témoin de mes propres actes, après les avoir fait. Impossible d’en vouloir à quelqu’un d’autre, puisque je sais que je suis l’unique responsable de mes actes. Un regret ultime, hormis le fait de savoir que je ne suis pas maître de moi : ne pas pouvoir rencontré ce fameux « Alexis », puisque c’est ainsi qu’il s’appelle, celui là que j’entrevois dans les miroirs, dans ces rares moments de conscience ou mon reflet m’adresse un sourire moqueur, voir amusé. Je hais les miroirs, d’ailleurs.

Je suis donc fatigué, un peu, beaucoup. Mais pas assez pour pouvoir m’endormir : après une matinée de cours, sommeillant à demi, j’ai décidé de profiter de la pause déjeuner pour aller m’étendre sur l’herbe, et lire. Profiter de ce moment de repos qui est à moi et rien qu’à moi. Au moins, je suis sur de ne pas redevenir cet « autre », tant que je suis seul. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui font que je ne me mêle pas aux autres, c’est une manière d’empêcher Alexis de se montrer. C’est ce qu’on a pu remarquer, il est très susceptible, mon alter ego. Peut-être même un peu trop, d’ailleurs.

Arrivé dans la cour, j’ai un petit sourire, qui vient, comme toujours, malgré moi. Elle est presque déserte, à cette heure ou la plupart des pensionnaires sont à table. Le dauphin dressé en son centre semble tout aussi accueillant, je lui adresse un léger signe de la main, amusé. Après tout, si je trouve le moyen d’avoir une deuxième personne dans mon corps, je ne vois pas pourquoi le dauphin ne serait pas capable de me voir, ou de penser. Même si c’est une sculpture.

A la recherche d’un carré d’herbe, je repère un coin abrité par l’ombre d’un grand arbre au nom qui m’est inconnu, et sous lequel je file me placer. Hello, le végétal, pensai-je avant de m’appuyer contre son tronc. Sortant un livre de ma poche, mes yeux se ferment rapidement, montrant clairement leur fatigue. C’est ainsi que je me retrouve, somnolant, en ce début d’après midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doly K.C. Van Gogh
Danger ! Poupée en porcelaine


Féminin
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Aspiration au repos [pv Doly]   Mar 4 Sep - 7:48

- Hey ! Hey hey hey, Doll ! Ma poupée ! Jolie Do...

Je viens tout juste de me retourner, glissant gracieusement mes talons sur le carellage de la cantine, dans le seul but de foudroyer sur place le garçon qui m'adresse la parole de cette façon. Oh oui, grillé sur place par un éclair plus gros que lui, c'est le terme puisque mes yeux en possèdent la teinte bleutée, tendance violet. Mais c'est repartit, une seconde après seulement, le voila qui reprend son babillage incensé :

- Doll, jolie Doll, tu veux venir jouer à la poupée avec moi ?

Je fronce les sourcils en penchant pensivement la tête de côté; Il esquisse lui-même un sourire alors qu'en vérité je ne fais que me demander si je le giffle directement ou si je l'ignore. Non pas que je sois du genre à m'abaisser à son comportement puéril, entendons-nous bien sur ce fait, mais je suis d'une humeur plutôt fracassante aujourd'hui. Suffisament fracassante que pour le fracasser, dans ce joli jeu de mot qui me semble un peu faible et pourrit sur le moment. Puis je me redresse, changeant de jambe d'appui, faisant glisser la peau de mes cuisses entre elles et rejettant ma chevelure enflammée en arrière, esquissant un petit sourire félin;

- Bayre, joli Bayre, et si tu allais jouer au docteur avec l'infirmière ?

Je lève dans un geste langoureux - Surtout à cause de ma fatigue à adresse ce geste à cette personne pitoyable - mon bras avant de lui faire un petit signe de la main, aussi moqueur que l'est mon sourire en coin.

- Bye bye.

Il reste figé sur place, la bouche entrouverte comme celle d'un poisson qu'on vient à peine de sortir de l'eau, tandis que je me glisse de ma démarche chaloupée dans l'ouverture des portes de la Cantine. Autant sortir, il y aura moins de risque à ce que je m'énerve et passe pour l'idiote de service. Vraiment pas mon style. Mon autre poignet, libre, est glissé à l'envers contre mon épaule. Je sens ma malette légère tapoter mon dos, comme pour me rappeler que les cours ne sont pas finit. Et je sens le vent s'enrouler dans mes cheveux, caresser ma nuque dans un mouvement presque doux qui me fait pencher la tête en arrière durant une seconde. J'aime l'air qui court dans cette école, un air frais chargé de souvenirs, de mystères, et parfois même de peur. C'est le genre d'air qui guide ma vie vers des endroits peu recommandés, même si je ne suis pas fille à risquer ma vie pour des choses stupides et futiles. J'ai juste envie de savoir, tellement qu'en réouvrant mes yeux pâles je les laisse courir du côté de l'Aile Abandonnée. A quoi servait ce bâtiment autrefois ? Je suis presque certaine que quelque chose est caché à l'intérieur, quelque chose comme un passé lourd et omniprésent. Je me connais, j'aurais bien trop peur une fois à l'intérieur, mais cette idée m'obsède.

- Pas aujourd'hui, Doly...

Ma voix n'est qu'un chuchotement, mais elle suffit à me faire sursauter moi-même; Pas aujourd'hui, non. Comme si j'avais besoin de le dire tout haut. Mais c'est habituel, mon esprit sait que j'ai besoin d'entendre ce genre de choses à voix haute pour m'en détourner. C'est étrange, cette façon de parler sans avoir pensé clairement qu'on voulait parler, ce petit ordre discret qui se glisse sans prévenir dans votre esprit comme l'ordre de respirer ou celui de bouger une jambe après l'autre. Ce même ordre me fait tourner la tête vers le centre de la cour, cette unique partie non dallée abritant un arbre immense, pas si loin de la fontaine au dauphin. Bonne idée, tiens, l'arbre. Je regarde autour de moi avec un regard redevenu malicieux et gourmand : Personne à l'horizon, je peux donc me laisser sans rien risquer. Mes pas m'entrainent jusque là, jusqu'à cette tentation suprème et unique que le directeur à pensé ajouter dans le décors pour l'égayer, puis je pose ma malette contre l'écorde chaude de l'arbre. Je me penche, légèrement, sentant le bord du tissus de ma jupe frôler l'arrière de mes cuisses pendant que je me saisis d'une pomme verte avant de la glisser entre mes dents. Goût sucré qui me donne des forces, je lève la tête vers les branches les plus basses de l'arbre avant d'élancer mes bras en l'air. En quelques minutes très courtes, je me suis déjà hissée aux branches de la moitier de l'arbre, et je ne compte pas monter plus loin au risque de voir une branche se casser sous mon poids. Non pas que je sois lourde, au contraire, vu ma taille. Il paraît que je suis vraiment minuscule, à ce qu'on dit, et j'y pense encore en reprenant ma pomme en main pour la manger comme une personne civilisé. Civilisée, assise sur une branche, une jambe étendue devant moi tandis que l'autre pend dans le vide, on y croirait. Bref, je disais être petite : Disons qu'un mètre cinquante-trois pour une fille de seize ans, ça fait pitié. Surtout que je me suis rendue compte que la majorité des garçons ici étaient grands, ce qui n'arrange pas l'impression de fragilité et de sensibilité que je donne à tout le monde. Avant que j'ouvre la bouche, en fait. Perdue dans mes pensées, je ferme les yeux aux rayons du soleil à travers le feuillages, glissant peu à peu dans un semi-sommeil. J'ai mal dormi la nuit dernière, principalement à cause du fait que la lumière était toujours allumée lorsque j'ai voulu dormir. Résultat, plein d'ombres. Vraiment... Vraiment beaucoup trop d'ombres. Clac ! Boum, chtock ! Je réouvre les yeux en fixant ma main vide d'un air ébahis. J'ai lâché ma pomme.

- Aie !
- Hé ?


Je baisse les yeux à travers les branchages, scrutant la base de l'arbre et la personne qui vient de laisser échapper ce qui ressemblait plus à un couinement qu'un cri. Je cligne des yeux. Des mèches blondes, voir peut-être châtain, un regard incertain puis incendiaire qui se lève vers moi, et...

- Ouhaaaa !

BAM ! Enfin, ce n'est pas exactement ce bruit là. Disons que c'était plus mou, plus... J'écarquille soudainement les yeux en croisant le regard furibond du garçon qui me fait face. Euh, face ai-je dis ? En fait, je suis carrément assise dessus, si ce n'est couchée à cause de l'attérissage manqué. J'esquisse une légère grimace, autant de douleur que d'hésitation, me préparant déjà à me faire engueuler... Et à engueuler, aussi ! Attendez, pourquoi est-ce qu'il était venu s'asseoir juste sous mon arbre ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johannes Alexis Barthe



Masculin
Nombre de messages : 8
Age : 28
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Re: Aspiration au repos [pv Doly]   Mar 4 Sep - 9:31


Douce torpeur : je sens le vent souffler doucement sur mon visage, caresser mes joues, mes cheveux se balancer doucement sur mon front, tendit que ces mouvements légers et délicats me rappellent les caresses maternelles, celles que j’aimais tant, et dont je suis privée devant toute ma durée de séjour dans cette fameuse école. Une pensée, seulement : vivement les vacances. Moi qui aime tant les cours, je suis privé de mon soutient le plus important. Ma mère. Malgré mes dix-sept ans, ma mère a toujours été mon soutient majeur, la personne que j’aime plus que tout, et qui m’a laisser flotter lentement dans ces bulles de rêves qui ont bercés une partie de mon adolescence, tendit que l’autre était secouée par les souhaits belliqueux de mon père, lui que j’ai toujours tenté de satisfaire.
Et me voila ici, par la faute de cet autre moi que ne rencontrerait jamais, mais qui semble me connaître si bien. Comme si j‘était espionné sans cesse. Seul ce vent m’est familier, apportant le même parfum fleuri que celui de mon enfance.
Ainsi, l’absence de mes points de repère plus que mon manque de fréquentations au sein de cette école agit sur mon humeur. Certes, je ne suis pas énervé, ça n’est pas dans ma nature, mais dans celle d’Alexis. Disons que je suis mélancolique, voire triste, plus qu’à l’accoutumée. Après tout, éviter de fréquenter les élèves pour éviter qu’ils ne souffrent de mes « sautes » d’humeur, ne m’atteint pas vraiment, puisque je n’ai jamais été du genre à aller vers les autres. Certes, j’ai quelques amis, que je connais depuis l’enfance, mais évidemment sans nouvelles d’eux depuis un certain temps : fréquenter un névrosé, ça n’est pas bon pour la popularité, ces derniers ont été élevés avec le même genre d’éducation de mon père…

Plongé dans ces pensées, qui, de presque joyeuses, sont passées à pénibles, je reçu quelque chose de lourd sur le crâne.

Je laissait échapper un «
Aie! » douloureux, de mon habituelle voix douce et basse, et levai les yeux pour voir d’où venait la pomme qui gisait à présent à mes pieds. Évidemment, s’asseoir sous un pommier, ça n’était pas très malin, on aurait du m’avertir, moi, non? Mais une voix féminine se fit entendre à travers les feuillages, et un…

Non mais vraiment on aura tout vu. Je vous explique la situation, nous étions tranquillement assis sous un arbre. Non que j’aime personnellement la nature, bien au contraire, mais il s’avère que Johannes ne peut vivre sans avoir un minimum d’air pur dans les poumons. Et étant donné que c’est lui qui se charge d’entretenir sainement ce corps, tendit que moi, je m’occupe de la partie muscle (bon, et aussi de la partie beuverie cigarette, le week-end, mais passons, le fait que cet imbécile alter ego ne se rende même pas compte que si il souffre d‘une gueule de bois, c‘est parce que j‘aime beaucoup boire), il faut bien que chacun fasse son job. Passons. Nous étions donc sous cet arbre, et pour une fois que j’aspire à un peu de repos, moi aussi,… Je sentait les pensées sombres de mon « hôte » qui s’agitaient dans son esprit. Encore de la culpabilité envers notre géniteur. J’avoue n’avoir qu’une envie, franchir ces barrières, et le retrouver, ou qu’il soit, pour lui montrer de quel bois se chauffe Alexis. Mes mains autour de son cou, les serrer de toutes mes forces, rien que pour sentir les os se broyer sous la pression de mes doigts.
Hum, je m’emporte, contrairement à Jo’, je suis loin d’aimer tout et tout le monde, au contraire. Cette pomme à réussi à m’éveiller. Mais je ne me manifeste pas immédiatement : une pomme tombée d’un arbre, c’est bon, tout le monde connais, Newton n’en a pas fait ses choux gras. Ou plutôt si, mais je n’allais pas me munir d’une tronçonneuse et abattre cet arbre qui agressait de la sorte mon alter ego.
Sauf que…

Lorsqu’il leva les yeux, un petit couinement se fit entendre. Bon, pas exactement, mais… Une fille. Une vulgaire fille qui ne trouve rien d’autre à faire qu’a balancer des fichus fruits à notre tête.

Évidemment, je n’ai pu m’empêcher de réagir. C’est vrai, après tout, Johannes n’aurait été capable de lui renvoyer sa pomme et de s’excuser d’avoir été sur son chemin. Intolérable. J’imagine déjà notre visage fendu de son habituel sourire adorable, tendit qu’il passerait une main timide dans ses cheveux, la tête baissée. Répugnant. De bleu foncé, notre regard passa au gris, prenant cette couleur plus foncée teintée de colère à chaque fois que j’en prenait possession. Mais avant même que j’aie eu le temps d’envoyer sur les roses cette petite chose qui se prenait pour un singe, que déjà, elle me tombait dessus.

Sacrée chute, j’ai même un léger moment d’hébétude. Elle a eu de la chance que je sois en dessous, mais ça n’est pas une raison pour me prendre pour un matelas portatif, ou quoi que ce soit d’autre. Elle a atterri sur moi, manquant de nous casser des côtes. Solide, je suis, heureusement, je suis sur que Johannes n’aurait pas apprécié de reprendre connaissance de lui en plusieurs morceaux, d’autant plus que cette petite chose aux cheveux bouclés ne semble pas avoir l’intention de déguerpir, allongée comme elle est sur ma poitrine.
Mes sourcils se froncent, tendit que mon expression est encore plus mécontente. Cette petite peste (qui n’a d’ailleurs pas l’air beaucoup plus jeune que nous), grimace, tendit que j’essaie de vérifier si nos os sont encore intacts.

D’hébétée, mon humeur passe rapidement à profondément agacée, tendit que je laisse échapper un « Bordel! » avant d’attraper la fille par les épaules, et de la pousser sur le coté, histoire de retrouver mon espace vital.

« Dégage, petite peste. Non, mais ça va pas de tomber ainsi sur les gens? Faut vraiment être stupide, tu t’es crue ou, au zoo? ». Évidemment, malgré toute la rage qui m’habite, je n’ai aucune intention de frapper une fille. Surtout pas un petit truc si frêle qu’on se demande par quelle chance elle a réussi à être toujours entière. Mon regard est foudroyant, tendit que je me redresse un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doly K.C. Van Gogh
Danger ! Poupée en porcelaine


Féminin
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Aspiration au repos [pv Doly]   Mar 4 Sep - 9:49

- Hééé !

Re-BAM ! Et cette fois-ci, je confirme que c'était le sol que je sentais sous mes fesses et non plus la peau élastique d'un humain stupide qui ne trouve rien d'autre à faire que de s'asseoir sous un arbre. Là, je n'apprécie vraiment pas. Et j'apprécie encore moins le "Bordel" charmant qu'il m'a adressé en me poussant sur le côté. Preuve en est, j'ai déjà saisis les herbes autour de moi et je manque presque de les arracher tellement je suis en train de les serrer. Non mais, il pourrait au moins être poli ! Genre, un petit "Désolé, ça va ? T'as pas mal ?". Un sourire, n'importe quoi. Je grimace une nouvelle fois, ce qui n'a rien de réellement féminin, avant de me redresser le mieux possible en restant au sol et en replaçant ma jupe, trop courte d'ailleurs. Il faudra que j'en parle au directeur.

« Dégage, petite peste. Non, mais ça va pas de tomber ainsi sur les gens ? Faut vraiment être stupide, tu t’es crue où, au zoo ? »

Paaaardon ? Mes yeux se plissent sous l'effet de la colère tandis que ma bouche commence déjà une esquisse d'une délicieuse moue. Peste ? Zoo ? Oh, il le prend comme ça. Je relache lentement ma prise sur les herbes, le foudroyant d'un regard véritablement mauvais : Est-il au courant qu'être petite ne change rien au fait d'être vraiment énervante et malpolie ? Bah, tant pis pour lui. Ce petit gosse de riche se croyant tout permis va le comprendre. Quoique, ce n'est pas moi qui lui suis tombée dessus la première ? Bon, je ne vais pas admettre que c'est ma faute, jamais de la vie, donc... Ma voix s'éleve, une voix mélodieuse et chantante à souhait, mais qui sait se montrer particulièrement moqueuse;

- Oh, pardonne-moi, mais je me croyais plutôt à la ferme, tu vois... C'est qu'en croisant un cochon, je pense plus vite à cet endroit qu'à un autre. Tu vois ce que je veux dire, au moins ?

J'esquisse un léger sourire en coin, moqueur et railleur à souhait, tandis que je me relève d'un mouvement plein de grâce. Enfin, la grâce d'une personne qui a terriblement mal à sa jambe, tout du moins. J'espère pour lui que je n'ai rien de cassé, car même si 'je' suis tombé, c'était pour 'le' regarder. Et na ! J'ai réussi à lui renvoyer la faute, je suis vraiment douée. Un peu trop satisfaite de ma personne dans mes pensées, mais tout à fait douée en tout point. Vous ai-je dis que je ne le quittait pas de mon regard déconcertant malgré le fait que je me frotte les bras d'un geste léger et rapide ? Bah, on ne sait jamais, on dirait qu'il est prêt à me mordre. Je marmonne pour moi-même avec un nouveau froncement de sourcil;

- Sait-on jamais, qu'il ait la rage...

Me rendant compte de l'avoir dit à voix haute - enfin, presque - je redresse légèrement la tête et lui offre un sourire tout à fait compatissant; Pauvre petit garçon. Faut dire, ça ne doit pas lui arriver souvent de fréquenter une fille, fusse par erreur de cette dernière. N'empèche qu'il est moche. Enfin... Il a un visage plutôt bien formé, des yeux véritablement magnifiques et j'imagine déjà bien son sourire, mais... Moche ! Na ! Mhh, si j'étais plus gamine je lui tirerais la langue. Mais à défaut de faire ce geste pitoyable, je tend mon bras devant moi en posant mon autre main sur ma hanche dans un geste légèrement provocateur;

- Bien, tu pourrais me rendre ma pomme S'il te plait ?

J'appuie sur ces derniers mots avec un petit air dégoûté; Finalement, je vais peut-être changer d'avis. Je veux dire, c'est son rôle de me rendre ma pomme puisqu'elle est à côté de lui et qu'il est toujours assis, mais je ne suis pas sûre de vouloir qu'il la touche. Déjà qu'il va falloir que j'aille la nettoyer avec ça... Pfeuh, voila, c'est officiel : Il m'a gâché le reste de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johannes Alexis Barthe



Masculin
Nombre de messages : 8
Age : 28
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Re: Aspiration au repos [pv Doly]   Mar 4 Sep - 10:35

Cette chose, que je suis incapable de définir autrement, même si, après une petite recherche dans ma base de donnée personnelle, on pourrait la qualifier de fille, malgré ses grimaces et son air exécrable. Quoique, vu sa taille, fille aurait pu être une insulte pour toutes celles qui n’occupent pas leur temps à tomber des arbres pour atterrir sur les braves gens. Parce que oui, je me considère comme une personne brave, bien que mon attitude n’ai rien de très aimable, en général, MOI, au moins, je ne joue pas les acrobates.
On reprend donc. Cette fille qui n’en est pas une, puisqu’elle a la taille d’un elfe, se plains, tendit que je me masse les côtes endolories. Attend voir, ça n’est pas vraiment ce qu’elle est sensée faire. Non que j’attende des excuses de sa part, mais un être normal en aurait fait. Preuve que j’ai bien fait de prendre possession de notre corps, au moins, je suis sur que Johannes ne s’abaissera pas à flatter l’ego de cette fille qui semble accorder une importance particulière au fait d’être au centre de toutes les attentions. Manquerait plus que ça, d’ailleurs.

Je reporte mon regard sur elle, tendit qu’elle remet de l’ordre dans son uniforme : encore une idée stupide, ça. Franchement, chacun devrait avoir le droit de s’habiller comme il le veux, non? Mais enfin, mon regard posé sur elle se fait appréciateur. Malgré l’agacement qu’elle a fait naître en moi dès le premier regard posé sur elle, je dois reconnaître qu’elle n’est pas dépourvue de charmes, bien au contraire. Dommage qu’il soit altéré par cette expression fière et qui se veux supérieure, ce qui m’agace encore plus. En dépit de mon sale caractère, je n’ai jamais été insensible aux charmes féminins, et contrairement à Johannes, je suis loin d’être habité par cette innocence qui lui permet d’écrire ses poèmes rêveurs, et d’avoir de ces pensées qui lui permettent de rêvasser durant des heures. Mon truc, ça serait plutôt de saisir ces lèvres charnues qui, son encore plus désirables malgré cette moue qu’elle arbore. Elle a l’air de savoir ce qu’elle fait, et il est évident qu’elle est loin d’ignorer son potentiel de séduction. Combien d’imbéciles seraient près à se jeter à ses pieds? Moi-même, je suis mû par l’envie de passer à l’action. Après tout, un baiser volé n’a jamais fait de mal à personne, et puis, rares sont celles qui m’ont résistées… Si Jo’ savait… Mais la remarque qu’elle me sortit fit disparaître tout envie.

Je décide alors que je ne supporte pas cette fille, pardon, cet elfe. Parmi toute les jolies pimbêches de cette école, il a fallu que je tombe sur la pire, ou du moins, que la pire me tombe dessus… Heureusement que ça n’est pas dans ma nature de regretter. Un humour montrant qu’elle était particulièrement sure d’elle, malgré sa chute. Ah, oui, c’est vrai, elle n’a pas eu le temps de souffrir. J’ai l’air d’autant plus agacé, d’ailleurs, cette petite peste va me le payer, je ne frappe peut-être pas les filles, mais j’ai la langue fourchue.

Sa remarque m’a vexé, non que je ne me sente particulièrement vexé, mais…

« Après tout, tu as raison », répliquais-je alors d‘une voix calme « mais j’ai plutôt la vue qui baisse, c’est vrai qu’en y regardant bien, ce que j’ai prit pour un primate, s’avère plutôt être une jolie dinde… »
Étrangement, je sais que Johannes aurait désapprouvé ce genre de remarques. Se faire marcher sur les pieds, c’était plutôt son truc, et je n’avait pas à me sentir coupable. On nous avait provoqué, du moins, cette petite bêcheuse, ne faisait rien pour entrer dans mes bonnes grâces. Tant pis pour elle, ça n’était pas comme si j’était du genre à céder.

Apparemment, elle semble avoir décidé de me prendre la tête jusqu’au bout. Comme si elle ne pouvait pas simplement.. Heu… Se tirer hors de ma vue. Elle veux sa pomme, et me la réclame, comme persuadée que je vais la lui donner. Compte là-dessus, ma jolie. Je la regarde de mon habituel air méprisant, et répond :

« Non » Aucune envie de la lui rendre, sa fichue pomme. Note, je déteste ça, les fruits, mais, par simple esprit de provocation, je me penche et l'attrape, puis, après un regard purement moqueur à l’elfe, je croque dans le fruit, gardant pour moi le fait que je n’apprécie nullement le goût acidulé qui glisse dans ma gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doly K.C. Van Gogh
Danger ! Poupée en porcelaine


Féminin
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Aspiration au repos [pv Doly]   Mar 4 Sep - 12:40

J'esquisse un léger sourire en observant mon vis à vis : Je ne suis pas du genre à me sentir supérieure, mais je n'accepte pas facilement qu'on m'attaque pour rien. Enfin, je l'ai écrasé dans ma chute après l'avoir assommé avec ma pomme, mais ce n'est pas grand chose quand même. Surtout pour une personne aussi grande ! Je fronce légèrement les sourcils tandis que mon sourire disparait durant une seconde très brève; Trop grand. On dirait un échassier. C'est à la fois pitoyable et effrayant. Mieux vaut pour moi qu'il reste assit, franchement, et à défaut ça me garde dans une position de supériorité. Enfin, façon de parler.

« Après tout, tu as raison, mais j’ai plutôt la vue qui baisse, c’est vrai qu’en y regardant bien, ce que j’ai prit pour un primate, s’avère plutôt être une jolie dinde… »

Je reste figée un instant, sentant mon regard s'agrandir sous l'effet de la surprise du coup prit. Attendez, il a bien répliqué là ? Ouh, je ne l'aime vraiment pas celui là, sexy ou pas. Ahum, non, pas sexy, excusez-moi : Parfaitement abominable. Même si... Bah, dommage pour lui d'avoir un caractère aussi exécrable, j'aurais pu me montrer bien plus sympathique dans d'autres circonstances. Attention, non pas que ce genre de garçon m'intéresse, loin de là. Par contre, une chose cloche; Avec ce caractère de cochon, pourquoi est-il venu s'installer sous un arbre ? Pas vraiment le genre de la maison, je parie. Quoique... On pourrait en dire autant de moi. Alors qu'il me répond d'un non facile et méprisant, voir provocateur, mon sourire revient. Je dirais même pire : Un léger rire cristallin monte dans ma divine gorge : Haha. Presque, continue comme ça et tu vas y arriver mon joli. Il saisit la pomme et croque dedant, me faisait grimacer au milieu de se rire qui titille mon esprit. Puis je parle, ma langue se montrant aussi tranchante qu'une lame l'aurait été dans sa jolie petite chair;

- Pas capable de trouver une réplique bien à toi ? Quel dommage, je m'attendais à mieux.

Il faut dire que me traiter de dinde après le surnom de cochon dont je l'ai affublé, ça manque furieusement d'imagination. Même pas drôle, en fait. Je regarde tranquillement autour de moi, gardant aux lèvres mon sourire suffisant. A défaut, ça m'occupe un peu. Ca fait longtemps que je n'ai plus échangé d'amabilité avec quelqu'un. En fait, je me retiens depuis la dernière fois que j'ai vu mon père. Sans commentaire. Puis je reporte mon regard électrice sur cet impertinent qui ne me quitte pas de son regard;

- Oh, au fait... J'espère que la terre est bonne ?

Jamais vu un gars se jeter ainsi sur une pomme sale dans le seul but de narguer une fille. Je préfèrerais encore qu'il me frappe, ce serait moins dégradant pour sa petite personne suffisante. A moins qu'il ne veuille pas se salir les mains sur ma peau trop tendre ? Au moins, être petite à des avantages; Rares sont les hommes - ou les femmes - à avoir porté la main sur moi. Pourtant, je parie que je serais bien capable de répliquer à des coups moi-même... Mais ce n'est pas digne de mon nom, voyons. Je le toise de ma suprème hauteur, croisant mon bras libre sur mon ventre plat si soigneusement caché par ma chemise blanche. Ma respiration le fait lentement bouger, dans un rythme entêtant et envoûtant pour moi-même comme il le serait pour quiconque portant attention à ce geste naturel. J'ai l'air calme en apparence, et pourtant mon coeur bat à cent à l'heure... Pourquoi ? Ca ne vous regarde pas. N'empèche, l'adrénaline afflue dans mon sang et je prend du plaisir à répliquer à cet idiot. Il faut dire que le calme, la tranquilité, tout ça... Ce n'est pas vraiment ce qui me réussit le mieux. Comme on l'a toujours dit, les rousses sont sensuelles et sauvages et, tant qu'à faire, on associe également la couleur rousse de mes cheveux à celle des sorcières. Je n'y peux rien, cette violence animale coule dans mon sang, me faisant réagir de deux façons distinctes; Je griffe d'un côté pour caresser de l'autre. C'est comme qui dirait vital, comme m'est vitale ma fonction d'aller fureter partout. Non pas que j'écoute aux portes. C'est juste de la curiosité, savoir ce qu'il se passe dans un endroit abandonné, et... Mon regard se pose à nouveau sur cette aile mystérieuse. Pourquoi la laisser debout si on ne compte plus l'utiliser ? Ca m'intrigue, suffisament pour que mon attention se détourne un court instant de mon jouet actuel.

- Ce qu'il s'y passe...

Je pousse un soupir rêveur; J'aimerai aller voir, juste une fois, mais j'ai échoué à chaque essai. Direction la salle de retenue, comme d'habitude. Mais, mais... Mon regard pensif et calculateur se repose sur le blondinet qui se trouve devant moi. Et si je trouvais quelqu'un de suffisament idiot ou fou pour m'aider à y aller, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johannes Alexis Barthe



Masculin
Nombre de messages : 8
Age : 28
Date d'inscription : 03/09/2007

MessageSujet: Re: Aspiration au repos [pv Doly]   Mar 4 Sep - 13:47

Elle sourit, mais pas pour longtemps. Touché, comme dirait l’autre. Mes répliques sont loin d’égaler la prose et les vers de mon alter ego, mais faire rager les autres, c’est un peu mon job, je suis passé maître dans l’art. Et puis, il ne sera pas dit que Alexis Johannes Barthe, (enfin, Johannes Barthe, puisqu’il n’est écrit sur aucun papier officiel que j’existe,) se sera laissé marcher sur les pieds par une elfe indigne ne serait-ce que de m’adresser la parole. Après tout, c’est vrai, elle ne daigne même pas reconnaître mon potentiel effarant. Qu’elle se soit adressé de cette manière à Johannes, je veux bien le comprendre, puisque sa gentillesse innée ne peut lui valoir que des brimades du genre. Mais… Je suis là, moi, justement pour empêcher ce genre de réaction.

Ai-je dit que je la détestait? Son rire moqueur m’horripile, je ne sait même pas pourquoi je continue à lui adresser la parole. Peut-être parce que j’ai trouvé un adversaire digne de répondre à mes remarques? Les filles, habituellement, cèdent à la deuxième phrase, et les garçons, quand à eux, ne peuvent que dégainer leurs poings, après avoir bafouillé une réponse pathétique. Ou fuir. Bref, rien de vaillant, il faut aussi dire, qu’au final, je me débrouille tout aussi bien avec les poings qu’avec de belliqueuses remarques.

Mais ne changeons pas de sujet, ce qui nous donnerais envie de faire taire ce joli minois autrement qu’avec les mots. Une nouvelle fois, l’idée d’un baiser furtif me traverse l’esprit, l’envie de voir sa réaction me chatouille quelques secondes, mais dans un élan d’agacement me traverse à nouveau comme un éclair, tendit qu’elle me lance sa nouvelle remarque en pleine figure.
L’embrasser? Voyons, je ne lui ferait pas ce plaisir! Immédiatement, ma mâchoire se serre, montrant mon agacement. Elle se fout de moi, et de sa maudite pomme qui est répugnante, d’ailleurs. Je n’aime pas les fruits, je l’ai dit. Voilà ce que ça fait d’agir à la légère, mais dans un sens, elle se serait fait avoir aussi, non?

Je lui jette un regard mi-agacé, mi-supérieur, recette spéciale qui inclus le haussement du sourcil. En clair, tu m’emmerdes :

« Ha, Ha ». Ou comment s’enfoncer encore plus dans le ridicule. Ok, elle m’a eue. Frustration encore plus grande : il me faut trouver une réponse digne de ce nom. Je n’ai aucune intention de bouger de sous cet arbre, avant qu’elle-même ne soit partie. D’ailleurs, elle a pas cours?

« Bon gamine, tu m’ennuies, t’as pas une gentille madame qui doit venir te chercher? » et pour montrer mon je-m’en-foutisme absolu quand à ce qu’elle peut penser de moi, je remords dans cette pomme ignoble, et entreprend de la mâcher, sans la quitter du regard, et en arborant un sourire tout aussi moqueur que les précédents.

Je vois soudain son regard se détourner de ma personne. Quelque chose de plus captivant que moi? Impossible, ça me vexerait. Son regard se pose sur une aile de l’école, ou personne ne se rend jamais. Elle ne m’a jamais attiré, je ne suis pas vraiment curieux, mais je me laisse vite intriguer. L’elfe murmure une phrase, sans plus sembler remarquer ma présence : cela me vexe encore, je suis plutôt susceptible, on ne m’oublie pas à défaut d’un vieux bâtiment décrépit : c’est comme ça.

« On a fini ses caprices? », je lui demande, du même ton moqueur. Pas moyen de m’enquérir directement de ce qui l’attire là bas : ça serait reconnaître que ce qu’elle fait m’intéresse. Euh… Pas moyen, j’ai dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aspiration au repos [pv Doly]   Aujourd'hui à 12:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Aspiration au repos [pv Doly]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Repos après un long voyage
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Repos bien mérité dans une taverne.
» L'Auberge du Repos Eternel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
st-martyr :: ♠ St-Martyr ♠ :: Extérieur :: La cour-
Sauter vers: