st-martyr


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une heure à rien foutre (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Une heure à rien foutre (PV)   Mar 8 Jan - 17:39

Elle accepte de bien vouloir me supporter pendant 1h. Ça m’étonne. Pendant deux secondes, je croyais sincèrement l’emmerder. Barf…Peut-être que si au fond. J’ai pas les capacités mentales pour débattre sur le sujet de toute façon. J’suis presque défoncé. J’ai bien dit presque hein…

Bon alors, direction les dortoirs. M’enfin, c’est par-là qu’elle se dirige. D’ailleurs, elle parle. Gnmh?

-Mmh? Ah…

Elle…Elle doit sûrement être en 5 je suppose? Je la vois pas trop être en 1, 2 ou 3 et si je l’ai jamais croisé en cours, c’est qu’elle n’est pas en 4. Quoi que…Au fond, c’est pas comme si j’assistais à tous mes cours. Elle non plus ne semble pas assister toujours au sien.

-Doublé ma 4ième…Pas trop étonnant, je sais…Dis-je avec un petit sourire.

Par contre, je crois bien que je vais m’en sortir cette année…Je crois. Bon, d’accord, j’assiste pas à la moitié de mes cours mais jusqu’à maintenant, je passe quand même la plus part de mes cours. De justesse, je suis d’accord…Mais, quand même.

On ne marche pas longtemps, quelques couloirs à peine, qu’on se retrouve dans le bâtiment annexe. Celui des dortoirs en somme. Celui des gars est au dernier étage, le troisième. Alors, on a encore des étages à monter. Je ne me montre qu’un minimum causant, demandant seulement son âge, si elle est là depuis longtemps…Faisant pas trop allusion au fait qu’elle pleurait il y a 5 minutes, ni à ses premières remarques pas trop agréables ou les regards un peu bizarres qu’elle me lançait comme si j’étais le dernier des crétins. Ce que je suis sûrement au fond. Surtout avec cet air de débile que je montre, accentué par ma dose de pot.

J’me demande si j’ai presque l’air un peu louche avec mon air perdu comme ça…À inviter la première venue à sécher dans mon dortoir avec moi…Et, même, si elle veut se droguer, elle est la bienvenue. Mais, bon…Quand on me connaît, on s’aperçoit que c’est pas si bizarre que ça…Une nature sociable que j’ai…Étrange, mais sociable.

Putain…La drogue quand même. Dire que j’suis ici en pseudo-désintox…Aussi à cause d’un homicide involontaire, je vous l’accord…Mais, bon. Petite pensée passagère.

-Et bah…C’est ici, dis-je en ouvrant la porte du dortoir. Victor à pas l’air d’être. En cours? Possible. Mais, aujourd’hui, j’ai passé mon tour. Tu entres?

Ça me surprend toujours d’entrer ici…Si…Si peu bordélique comparé mon ancien dortoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mar 8 Jan - 19:28

On marche direction les dortoir tout en restant sur nos gardes, on pourrait ce faire accoster à n’importe quel moments puis ce faire virer de bord, direction les classes. Il a l’air complètement perdu, mais au moins il se souvient de où sont les dortoirs. Je commence à m’imaginer plein de trucs impossibles; et s’il me kidnappait, j’en sais rien après tout, il va peut-être me violer puis me tuer après… Je ne le connaît pas je n’ai aucun souvenir de l’avoir déjà croisé, cela peut être n’importe qui… Je suis folle, voyons, je secoue un peu ma tête, reprend tes esprits. C’est rien de plus qu’un p’tit délinquant, rien de plus.

-Mmh? Ah…
-Doublé ma 4ième…Pas trop étonnant, je sais…


"-Pas grave, tu sais j’ai refais ma troisième au primaire et mon secondaire deux à mon autre école, alors t’as pas à avoir honte, je suis bien pire que toi. "

On se met à monter les trois étages qui nous séparent du dortoir des gars, il cause peu mais toutes ses questions sont pertinentes, du moins je le pense, je réponds poliment sans empressement, ni méchanceté; 19 ans, je suis ici depuis trois ans, et c’est la dernière. Je lui retourne gentiment les mêmes questions. Enfin on arrive, ce n’est pas trop tôt. Il ouvre une porte donnant sur une chambre un peu en désordre mais toujours mieux que ma chambre à moi, à qui ont doit le dire un petit ménage ne ferait pas de tord.

-Et bah…C’est ici, Tu entres?

"-Si je rentre?! Bien sur, je n’ai pas monté trois étages pour rester sur le bord d’une porte, dis-je avec un léger sourire."

J’entre dans la pièce très ressemble à celle que je connais, je laisse mes cahiers et mes autres affaires sur une chaise juste à côté de la porte, puis je m’avance un peu dans la chambre. Je défais les deux premiers boutons de ma chemise qui me sert la gorge et revient près de la porte pour retirer mes souliers. Je ne suis tout de même pas dénudé de toutes politesses. Puis je m’approche d’un des lits et me laisse tomber dessus en laissant sortir un gros soupir. Puis je redresse la tête et regarde cet étrange spécimen.

"-Alors, Yoann, tu te plaie à St-Martyr? Pourquoi tu es ici au juste, sûrement pas seulement pour étudier vu que nous venons de sécher nos cours? "

Je fais le tour de la pièce des yeux, un peu perdu et déjà épuiser de ma journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mer 9 Jan - 15:49

Elle a doublé 2 fois elle. Elle doit avoir donc…Eeh…18 peut-être? Non, elle me confirme un 19. Elle dit aussi être là depuis 3 ans. 3 ans, pourtant sa tête ne me dit rien. Bah, c’est pas trop extraordinaire non plus. J’ai pas une bonne mémoire photographique. Les visages, ce n’est pas mon fort. Je lui réponds alors à mon tour. « 17 ans ». « 3 ans pour moi aussi environ… Malheureusement…Pas ma dernière année pour moi encore ». Il reste celle-là et une autre. Théoriquement. Si je redouble pas une seconde fois. De toute façon, je compte ressortir d’ici avec mon secondaire 5 en poche…Au moins ça. Et au fond, j’ai pas trop envie qu’ils m’envoient dans un centre de désintoxication ou encore quelques petits mois de prison…Mais, je crois que le centre de désintoxication soit beaucoup plus plausible puisque que, à par à ce niveau là, je suis resté sage. Si j’ai un max de chance, je pourrais sortir d’ici sans que la cour s’en mêle.

-Si je rentre?! Bien sur, je n’ai pas monté trois étages pour rester sur le bord d’une porte.

Je souris et je remarque qu’elle aussi sourit. Super. J’ai eu droit à un sourire. C’est que je deviens de plus en plus supportable!

-Alors, Yoann, tu te plaie à St-Martyr? Pourquoi tu es ici au juste, sûrement pas seulement pour étudier vu que nous venons de sécher nos cours?

Quelle question bizarre…Elle est au courant pour les réadaptés ou je vois des mots entre les lignes qui n’existent pas?

-J’suis ici parce que le paternel voulait éviter de m’avoir dans les jambes, comme c’est le cas de tout le monde ici, non?

Bien sûr, on ne précise pas que je suis là pour désintoxication, que je suis entre autre là par recommandation du juge et que j’ai commis un meurtre il y a 3 ans. Mais, je mens pas complètement hein…Je fais que ne pas dire certaines choses. C’est quand même vrai que mon géniteur, sa pute et leur gamin était bien content de ne plus m’avoir dans leurs pattes.

-…Sinon, c’est pas trop mal ici…Toujours mieux que la maison d’mon père…Ça reste quand même une école. Pensionnat en plus. Pas moyen de sortir de l’enceinte sauf le week-end…et pis y’a les cours…Mais, bon. M’toi?

Je me dirige vers la petite pièce qui sert non seulement de salon, mais de cuisine aussi. J’vais me prendre un verre d’eau…

-Eeh…T’as soif? Au choix : de l’eau, de l’eau, de l’eau…Ou du jus d’orange.

Vous vous attendiez que je cache tout plein de rhum, vodka, bière et compagnie ici? Et bah non! Ça vous surprend hein? Mais, j’ai un minimum de savoir vivre…Moi, je cache que la drogue. Pas la peine de m’applaudir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mer 9 Jan - 19:34

-J’suis ici parce que le paternel voulait éviter de m’avoir dans les jambes, comme c’est le cas de tout le monde ici, non?

"Oui, en effet, ou parce qu’ils ont de l’argent à dépenser. Comme c’est le cas de mes vieux. Ils disent que c’est parce qu’ils tiennent à mon éducation. C’est jusque tends que j’ai pas mon diplôme, ils peuvent pas avoir la paix, alors ils ont hâte que je foutre je lève les voiles. "

-…Sinon, c’est pas trop mal ici…Toujours mieux que la maison d’mon père…Ça reste quand même une école. Pensionnat en plus. Pas moyen de sortir de l’enceinte sauf le week-end…et pis y’a les cours…Mais, bon. M’toi?

Je le regarde partir dans la petite pièce à côté, puis je me lève et réponds en parlant un peu plus fort pour qu’il entende;

"Pas trop mal en effet, je suis plutôt d’accord avec toi. Mais disons qu’un petit brin pour remettre la bâtisse à la mode, ça ne ferait pas de tord, je trouve cela démoralisant, les murs gris et beige et tout le reste, même s’il dise qu’il l’ont toute rénover. Au moins, on est logé et nourri, c’est l’essentiel pour le moment."

Je me promène un peu dans la pièce regardant les objets posés ici et là. Difficile dire ce qui est à lui et ce qui est à son colloque de chambre. Quelques morceaux de linges, une photo ou deux sur le mur. Je frisonne un peu, il fait froid, du moins j’ai froid. Je me rassoit mais cette fois sur le lit le plus près de l’autre pièce où est aller ce réfugier mon interlocuteur.

-Eeh…T’as soif? Au choix : de l’eau, de l’eau, de l’eau…Ou du jus d’orange.

"Non, merci, je n’ai pas vraiment soif. Dit c’est quelqu’un de ta famille la femme sur le photo, là?"

Dis-je en désignant une photo dans un cadre, disons que j’aimerais en savoir plus sur lui. Cette pièce me rassure, contrairement à ma chambre à moi. Je ne me sens pas prise, ni surveiller, j’ai plus l’impression de pouvoir respirer et parler librement.

"Ah, et puis oui, je vais te prendre un verre d’eau s’il te plait désolée, je suis pas facile à suivre des fois. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Jeu 10 Jan - 16:16

Elle explique son « pourquoi » personnel à son tour. Parents plein aux as qui tiennent à l’éducation de leur fiche. Ouais, ouais…Il y a aussi cette possibilité là. Mais je crois qu’il faut vraiment pas aimer ses enfants pour les envoyer dans un pensionnat. Bon, d’accord, j’exagère sûrement…Ou non.

Elle partage, à peu de chose près, le même avis que moi à propos de l’endroit…Plus que la déco est plutôt moche. Mais bon, j’ai jamais mis les pieds dans une école dont ils pouvaient en venter l’esthétique. J’avoue que je n’ai fréquenté que les écoles publiques et que de ce côté là, on ne pouvait pas espérer grand chose.

Je vais au lavabo et me sert un verre d’eau. Elle dit qu’elle ne veut rien. Si elle ne veut rien bah…Tant pis.

"Dit c’est quelqu’un de ta famille la femme sur le photo, là?"

Étant toujours dans un état où les réflexions me manquent, je ne sais pas trop de quelle photo elle parle.

-Eeh?

Peut-être que c’est à Victor cette photo là…Quoi que…De quelle femme Victor trimballerait la photo? M’enfin, je ne peux pas me venter de le connaître très bien en fait.

Elle demande maintenant un verre d’eau finalement. Bah tiens. Je ris quand elle se dit dure à suivre. C’est qu’elle connaît pas mon coloc’…

-Aucun problème, dis-je simplement.

Le temps de lui remplir un verre d’eau et voilà, voilà. Elle m’avait posé une question aussi non? J’ai déjà oublié ce que c’était…Puis, en allant lui donner son verre et poser mon cul sur mon lit, je vois la-dite photo.

-Ah! Cette photo-là…Oui…Eeh…

Si cette femme est dans ma famille? Bien sûr. Était…J’ai beau avoir l’esprit pas très clair…Comment ai-je fait pour oublier cette putain de photo?

-D’la famille? Ouais, ouais…C’est ma mère.

Ma défunte petite mommy.

-…C’était…Elle est morte il y 5 ans...Ah et pis tiens...ton verre d'eau, dis-je en le lui tendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Jeu 10 Jan - 19:07

Je l’entends remplir les verres et revenir dans la pièce, il s’assoit sur son lit, et me tend le verre d’eau que je prends doucement, le remerciant.

-Ah! Cette photo-là…Oui…Eeh…
-D’la famille? Ouais, ouais…C’est ma mère.
-…C’était…Elle est morte il y 5 ans...Ah et pis tiens...ton verre d'eau.


"Ah, et bien, tout le monde meurt un jour ou l’autre, certains avant leur temps d’autre juste à temps…"

Je me rends compte de ce que je suis en train de dire. Merde, je peux pas dire ça, je me venge de mes ex-parents en se moment, je viens un peu mal à l’aise.

"Je suis désolée, je voulais pas dire que…elle…désolée…"

Tais toi et soit belle, ouais tu parle, non mais sérieusement, c’est mieux comme ça. Mes parents sont cons, en fait je ne devrais même pas les appeler mes parents. C’est juste deux écervelés qui ont baiser pis une des deux est tombé enceinte. Bon ça va j’arrête de pensé à eux, ils ne sont plus dans ma vie, ils ne l’ont jamais été, et c’est fini. Je bois une gorgée d’eau et je viens m’asseoir à côté de cher ami Yoann sur le lit. Puis je bois une autre gorgée.

"Et tu fais quoi quand tu n’es pas à l’école? Tu travail? Tu pratiques un sport?"

Sans trop savoir comment, pendant que j’écoutais sa réponse le verre me glisse des mains et va s’écraser contre le plancher et se fracasse en mille morceaux. Je deviens blême. Mais qu’est-ce qui me prend? J’ai l’air d’une vraie folle, je voudrais seulement disparaître, revenir dans le temps pour éviter qu’il me voie dans un si piteux état. Je veux plus rien savoir, je deviens rouge, je suis si mal, je me penche pour ramasser les morceaux de verre qui sont éparpillé sur le sol. Je n’ose le regarder que va-t-il penser de moi.

"Je suis vraiment…désolée, écoute, je sais pas ce qui me prend, je suis toute à L’envers depuis ce matin…je vais ramasser tout ça, je désolée…je sais plus quoi te dire…"

Je souris un peu surtout pour tenter de me convainque moi-même que cela allait bien et qu’il n’y avait pas de problème, c’est vrai dans le fond ce n’est qu’un verre, j’irais lui en acheter quatre s’il le faut. Seulement un verre, c’est seulement un verre, je suis dans ma tête et je ramasse les morceaux pour les mettre dans la poubelle. Mais en faisant un faux mouvement, je me coupe l’avant-bras avec un morceau, près du poignet. Je laisse sortir un petit cri de sursaut et de surprise, cela ne fait pas réellement mal, c’est plus l’idée de s’être coupé qui fait mal. Le sang coule et cela me prend quelques secondes à réagir, puis à me lever pour aller dans la cuisine près de l’évier. J’ai envie de me jeter par la fenêtre. Je voudrais parler, mais je ne sais plus quoi dire, qui ne soit pas trop stupide, ni déplacer, j’ai l’impression qu’il va bientôt me mettre dehors, pour que j’arrête de faire des gaffes. Je ferme les yeux, et essais de respirer tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Ven 11 Jan - 15:12

Après une remarque d’un cynisme déconcertant, elle s’excuse aussitôt. Réplique…Tranchante, effectivement. Mais, je préfère prendre ça avec un brin d’humour même si c’est pas mon sujet de déconnade préféré. De plus, elle a déjà assez l’air mal à l’aise comme ça, pas la peine d’en ajouter. Je décide alors de lui sourire de mon sourire le plus sincère.

-Ça va, ça va…Je vais survivre, dis-je en plaisantant…Faut pas se sentir mal pour ça…

Elle vient s’asseoir à côté de moi et change habilement de sujet. En dehors de l’école, je ne pratique que des activités recommandables…Bon, d’accord, faut pas trop dire de connerie non plus.

-Le week-end je séjourne chez un ami, je vois quelques potes et tout ça…Un p’tit joint…Quelques bières…

« Un p’tit joint…Quelques bières… »…Mais quel moyen merveilleux d’alléger ma peine.

-Pour ce qui est de travailler…Je fais quelques petits boulots pour des amis, des amis d’ami ou des amis d’ami, d’ami…Bref, je me débrouille comme je peux. Mendier un peu aussi parfois, dis-je avec un petit sourire…
Barf, quand je suis vraiment désespéré, j’harcèle un peu la famille…

Elle échappe aussitôt son verre qui se brise au contact du sol. Après un court lapse de temps, elle se penche pour ramasser les morceaux et se confondre en excuses.

-C’est pas grave…Attends…Ramasses pas ça tu risques de te…Couper…Bah trop tard…

Je sais de quoi je parle. Moi, j’ai toujours trouver les gens un peu cons quand ils disaient « touches pas! Tu vas te couper »…Jusqu’à ce que ça finisse par m’arriver.

Et là, je vois un peu de sang couler de son poignet et un violant frisson fort désagréable me parcours l’échine. Son cri de surprise ne m’a pas aidé à me détendre. Ça y est! Je suis nerveux. Je fixe sa blessure et blêmit…Jusqu’à ce qu’elle finisse par se lever et aller près de l’évier. Je la suis mais garde quelques pas de distance pour éviter de me mettre dans un état trop stressé.

-T’inquiète…Pas grave pour le verre, répétais-je…Je…J’m’en occupe.

Alors…Est-ce qu’il y a seulement un ballet et/ou un porte poussière dans ce dortoir? À pis, tant pis…J’ai pas envie de chercher. Je retourne dans la chambre en ramassant le verre à l’aide d’un vieux t-shirt prit dans ma commode pour ne pas me couper. Je jette le tout à la poubelle. Je rejoins assez rapidement Marilou, laissant un mètre ou deux de distance entre nous pour éviter de susciter ma nervosité.

-Ça va ton bras? T’as besoin d’aide pour quelque chose?

Je marque une pause. Je ris un peu.

-Désolé…J’aime pas trop…Le sang. Alors, ça va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Sam 12 Jan - 10:24

-Ça va, ça va…Je vais survivre, dis-je en plaisantant…Faut pas se sentir mal pour ça.
-Le week-end je séjourne chez un ami, je vois quelques potes et tout ça…Un p’tit joint…Quelques bières…
-Pour ce qui est de travailler…Je fais quelques petits boulots pour des amis, des amis d’ami ou des amis d’ami, d’ami…Bref, je me débrouille comme je peux. Mendier un peu aussi parfois. Barf, quand je suis vraiment désespéré, j’harcèle un peu la famille…


Ouf, il ne l’a pas pris personnel, non mais vous imaginer pas quand la personne devant vous pette une crise parce que vous parler de la mort comme une bonne chose, c’est souffrant. Je le laisse parler, sans l’interrompe, une vie plutôt simple et invitante dans ce sens. Plus le temps avance, plus j’apprécie sa compagnie. Un p’tit joint, quelques bières, cette réplique me tire un léger sourire. Moi ça sert à rien de demander à ma famille, je suis, ils ont presque rien mes vieux, et le peux qu,ils ont-ils le gardent pour eux, tant mieux comme ça ils pourront vivent heureux et longtemps, moi je réussit quand même bien à subvenir à mes besoins et à mettre un peu d’argent de côté.

-C’est pas grave…Attends…Ramasses pas ça tu risques de te…Couper…Bah trop tard…
-T’inquiète…Pas grave pour le verre,…Je…J’m’en occupe.


Je fais couler un peu d’eau froide sur mon bras, pour enlever le sang et je cherche des essuie-tout, j’en trouve dans l’armoire du bas. J’en prend quelques uns, puis je fais une compresse sur ma blessure. Mais quelle conne! Et voilà je m’élance et je saute par la fenêtre. Bah, non il me sort de se fantasme si délicieux, d’être libéré.

-Ça va ton bras? T’as besoin d’aide pour quelque chose?

"Non, non ça va merci." Dis-je avec un léger sourire pour tenter d’alléger la situation.

-Désolé… Je n’aime pas trop…Le sang. Alors, ça va?

"Oui, oui ça va t’inquiète pas, je comprends."

Peur du sang!? Bon ok faut dire qu’il y a beaucoup de gars dans la même situation. Je soulève un peu l’essuie-tout, cela saigne beaucoup mais ça ne semble pas bien grave, une petite coupure en surface rien de plus. Je continue de faire une pression, tenant mon bras en l’air, plus haut que le cœur un peu. Une chance que je suis allée à ce cours de biologie, pour une fois que ça me sert ce que j’apprends à l’école.

"Et bien, euh… la prochaine fois que tu veux prendre une bière tu viendra au bar « Le Tourquet », je t’en offrirai une. "

Au moins, on a se centre d’intérêt qui semble être le même; l’alcool. Et bien on moins je n’aurai peut-être pas tout gâcher…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Sam 12 Jan - 13:25

Bon. Tout va bien. C’est cool. Elle a mis du papier essuie-tout sur sa petite blessure et un peu d’eau.

Elle doit me trouver un peu bizarre avec ce mal à l’aise pour une simple coupure. Faut dire que j’ai pas nécessairement la gueule d’un haematophobe. Mais bon, chacun ses phobies. Heureusement pour moi, je crois que c’est ma seule phobie. Déjà ça. J’ai pas la gueule d’un meurtrier non plus…J’ai l’air trop niais pour ça. Bien sûr, c’était un homicide involontaire alors…Ça « s’excuse ». Et c’était il y a 3 ans.

"Et bien, euh… la prochaine fois que tu veux prendre une bière tu viendra au bar « Le Tourquet », je t’en offrirai une. "

Je souris et pousse un léger rire.

-C’est que je risque de faire des jaloux, dis-je en plaisantant.

Quoi que si je me fais payer un verre, mes potes seraient du genre à s’inventer des histoires…Je souris. « Le Tourquet ». Je crois que nous y sommes déjà allé…Une ou deux fois. Mais, il me semble que ça fait un longtemps. Barf, si on réussit à trouver notre chemin jusque là, on pourrait toujours y aller une bonne fois…

-Alors, soit t’es une alcolo qui fréquente toujours le même bar…Soit tu y travailles…J’me trompe?

C’est vrai qu’avec ses 19 ans…Rien ne lui en empêche d’y travailler…Ou d’être alcolo…Mais, je faisais plus référence au job. Je viens m’accoter contre le mur.

Moi, mes petits boulots ressemblent plus à être plongeur au resto, faire quelques petits travaux pour les vieilles dans leur maison dans le voisinage à un pote, parfois je deviens revendeur d’un jour…J’ai même déjà garder des mômes…Mais, je crois n’avoir jamais vraiment eu de véritable emploi. Si, peut-être une ou deux fois…Par contre, je me faisais virer rapidement. Je sais pas comment elle fait pour avoir un job stable en étant dans un pensionnat. Bien sûr, ça voudrait dire qu’elle travaille que le week-end…Mais, quand même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Dim 13 Jan - 6:00

-C’est que je risque de faire des jaloux.

"Et après?" Dis-je avec un petit sourire.

Il a pas tord, mais il est bien plus gentil que la majorité des gars qui viennent et qui me tournent autour. Est-ce que j’ai l’air d’une pute? Non, alors qu’ils aillent voir ailleurs pour s’en trouver une.

-Alors, soit t’es une alcolo qui fréquente toujours le même bar…Soit tu y travailles… J’me trompe?

Sur un ton ironique je réponds;

"Comment tu as fait pour le savoir? Ils m’ont dit que c’était anonyme aux séances...." Puis je reprends normalement." Tu as raison, j’y travail et c’est plutôt cool, j’y passe toutes mes fin de semaines. Je ne changerais pas de place, pour rien au monde. "

Cela fait deux ans que j’y travail, et j’adore cela même si je ne peux travailler que les fin de semaines, ce serait plus payant, certain soir de semaine. J’ai tellement hâte d’avoir fini ici pour enfin travailler à temps plein. Je soulève légèrement l’essuie-tout, pour voir ma coupure cela ne saigne presque plus. Cependant, je la replace comme elle était, je ne veux pas qu’il perde connaissance. Je le regarde, puis le silence s’installe doucement, on dirait un silence de malaise… Je n’apprécie pas vraiment le silence, j’aimes qu’il y ait de la musique, des discutions, n’importe quoi mais pas le silence.

"Alors, si je me fit à ce que tu m’as dit, tout à l’heure, que tu serais la bonne personne. Qu’est-ce que tu as au juste? Et à quel prix?"

Je ne suis pas une droguée, mais une fois de temps en temps, ça n’a jamais fait de mal à personne, même qu’ils s’en servent dans les hôpitaux. Si je peux avoir un bon prix, pourquoi pas? J’évite d’en traîner sur moi de la drogue, parce que l’autre semaine ma grand-mère l’a trouvé, et j’ai eu le droit à toute une histoire et un méga bordel dans la maison. De toute façon, ils ne peuvent rien faire. Ça fait déjà cinq ou six fois qu’ils me menacent de me mettre à la porte si je ne suis pas plus raisonnable, qu’ils aillent au diable. Raisonnable, moi? Jamais, j’ai pas envie de vivre une vie tranquille, nulle, à rien faire.

"Si tu veux toujours être la bonne personne et si ça ne te dérange pas de m’en vendre. Je veux pas te forcé à quoi que ce soit. Juste que vu que tu l’as proposé…"

Il me semble que quand, rien ne va plus, un petit joint, ça vous aide à décompresser, puis à replacer vos idées dans le bon ordre? Non, ça ne vous fait pas cet effet, moi oui, c’est pour ça que j’en prends, et pour m’amuser quelques fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Dim 13 Jan - 9:40

Je ris à sa remarque. Et après? Bah…Rien. Je souris.

C’est qu’elle est quand même plus marrante qu’à première vue quand on lui parle plus longuement. Elle sort déjà une nouvelle blague ironique sur les A.A. Elle dit aimer son travail. En plus, alors! Et bien c’est tant mieux pour elle si elle s’y plait. Ouais…Vraiment. Moi, j’ai jamais été trop boulot. Je suis né pour rester assis. C’est ce mon plus grand talent. Bien qu’un peu maladroit, je suis passablement habile de mes mains. Mais, je m’en sers plus pour rouler des joints qu’autre chose.

Elle regarde maintenant sa coupure. C’est rougis mais ne saigne presque plus. Je préfère quand même tourner mon regard avec subtilité vers le mur, comme si j’observais quelque chose. Puis, mon regard retourne sur elle et elle cache de nouveau sa blessure. Un petit silence soudain.

"Alors, si je me fit à ce que tu m’as dit, tout à l’heure, que tu serais la bonne personne. Qu’est-ce que tu as au juste? Et à quel prix?"

Elle y revient là…Elle veut vraiment m’acheter de la drogue? C’est presque marrant.

-Le prix? Le prix, le prix, le prix…Si tu me paies une bière un de ces week-ends prochains…Tu peux bien avoir une dose gratuite…De toute façon j’aime pas jouer les dealers à l’intérieur du pensionnat. En tout cas pas avec des gens que je connais…

Je ris à ma dernière phrase.

-Bon, on se connaît depuis même pas 20 minutes, je sais…Mais dans MA mesure du temps, on se connaît déjà basiquement.

Je marque une pause. En fait, je déteste jouer les dealers point. Mais, c’est un moyen facile de gagner de l’argent. Alors, ça m’arrive. Je peux pas toujours compter sur ma « famille » moi. Et j’ai pas toujours envie de supplier Stephen pour avoir quelques sous. « Je t’envoie 30 dollars si t’arrête d’appeler ». Alors, je joue les revendeurs certains week-ends. Au moins, j’en vends à de totales inconnus ou des gens que je ne connais que dans le cadre de ce petit job à temps partiel. Mes lois d’éthiques : T’en vends pas aux gamins ni aux amis. Marilou est une amie? C’est un peu tôt pour dire une telle chose…Mais, je l’aime bien. Alors, ça revient pratiquement au même.

-J’ai du cannabis, de l’ecstasy et de la coke. Alors?

Je lui souris amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Dim 13 Jan - 17:11

-Le prix? Le prix, le prix, le prix…Si tu me paies une bière un de ces week-ends prochains…Tu peux bien avoir une dose gratuite…De toute façon j’aime pas jouer les dealers à l’intérieur du pensionnat. En tout cas pas avec des gens que je connais…
-Bon, on se connaît depuis même pas 20 minutes, je sais…Mais dans MA mesure du temps, on se connaît déjà basiquement.


Je ris un peu, 20 minutes et on se connaît, bon ok, c’est pas drôle d’ici une heure on devrait être de bon amis et dans une journée des amis de longue date…c’est stupide, mais c’est drôle. C’est quoi d’ici, une semaine on est mari et femme, je ris un peu suite à cette pensé.

"Non, non sérieusement je préfère te payer, c’est pas une question d’être dealers ou pas, c’est juste par principe, j’aime pas vraiment devoir des choses aux autres et le contraire m’agasse une peu aussi. Pas que j’en ai contre TA mesure du temps, c’est pas ça, parce que c’est vrai qu’on se connaît un peu, on n’est peut être pas les plus vieux amis du monde, mais on n’est pas non plus des passants dans la rue. Et pour la bière t’en fait pas, elle me coûte rien, on a un budget pour les clients d’environ 50 $, alors je sors rien de ma poche c’est pas pareil, sauf si bien sur tu fabrique toi-même tes produits. "

-J’ai du cannabis, de l’ecstasy et de la coke. Alors?

Je réfléchis un peu, est-ce que je vais aux cours cette après-midi? Et puis non, de la merde, je n’y vais pas alors, je ne pensais pas avoir autant de choix, vraiment. Je souris un peu timidement.

"Je te prendrais un peu de coke, si ça ne te dérange pas? De toute façon je n’irai à aucun cours aujourd’hui, alors autant en profiter. Dit, tu vas en prendre avec moi?"

Dit oui, dit oui, dit oui, s’il te plait. Je n’ai pas envie d’être complètement gelé et que lui me regarde comme si j’étais…euh… gelée, bon ok mon exemple n’est pas vraiment bon, mais c’est l’intention qui compte. Je n’ai pas pris souvent de la coke, mais j’ai adoré l’expérience sérieusement, c’est une impression de chaleur qui vous envie complètement, et on se sent si bien.

"Je veux te forcer mais, j’apprécierai ne pas être la seule sur une autre planète."

Je retire doucement l’essuie-tout, gardant mon bras blessé vers moi, pour éviter de lui montrer et aussi pour éviter de l’accrocher dans quelque chose. Ça ne saigne même plus, c’est presque comme si il ne c’était rien passé. J’aimerai mieux oublier cette incident malheureux et surtout un peu humiliant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Dim 13 Jan - 19:10

Elle insiste pour payer. J’hausse les épaules. Si elle y tient. Mais, je déteste ça quand même. Elle ne me devrait rien. Par contre, je crois qu’il est inutile d’insister.

Alors, elle a fait son choix? Elle voudrait bien de la coke. Elle me demande si je vais en prendre moi aussi. Humm…J’suis d’humeur pour prendre de la coke? Mais, quelle question idiote. Je suis TOUJOURS d’humeur quand il s’agit de drogue. Il n’y a qu’une fois où je n’ai pas été d’humeur et c’est la semaine suivant l’homicide. Sinon, faut que je sois carrément malade pour refuser de prendre un peu de drogue surtout si c’est en compagnie de quelqu'un de plutôt sympa.

Elle insiste même sur le fait qu’elle n’a pas envie d’être la seule défoncée. Aucun problème. On sera deux alors.

-Si ça peut te faire plaisir, dis-je en lui adressant un clin d’œil. Je n’ai rien contre l’idée.

Je me dirige alors vers la chambre.

-Allez, viens…

Vous vous demandez peut-être quelle cachette j’ai bien pu trouver depuis la perquisition? Et bien j’en ai pas encore trouvé une d’infaillible. Mais, j’ai trouvé une alternative. Il y en a un peu partout. Bah…En fait, cette semaine j’ai pas assez de drogues pour en avoir mis un peu partout. Là, j’ai le minimum pour survivre. J’ai, parmi mes nombreuses cachettes, un plutôt petit sachet de cocaïne à l’intérieur de ma guitare acoustique. C’est quand même mieux que dans le fond d’un tiroir ou sous un matelas, vous trouvez pas?

Je prends donc ma guitare et la met à l’envers en la secouant un peu pour faire tomber le sachet au sol. Je remets alors la guitare dans son étuis et ramasse le petit sachet.

-C’est pas grand chose…Mais, y’en a assez.

Je me tourne vers Marilou et lui sourit.

-Prête?

Je prends un de mes livres de cours en guise de « table » (faut bien quelque chose de droit pour faire les lignes de coke) et le dépose sur le lit. Puis, j’ouvre le sachet et déverse une dose suffisante de poudre blanche. Et, à l’aide de ma carte étudiante (c’est que je trouve des tas d’utilité à mes objets scolaires ), je sépare la cocaïne en deux lignes distinctes…

-Tu commences?


Dernière édition par le Lun 14 Jan - 12:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Dim 13 Jan - 19:30

-Si ça peut te faire plaisir. Je n’ai rien contre l’idée. Dit-il avec un petit clin d’œil.
-Allez, viens…


Je le suis jusque dans la pièce qui lui sert de chambre. Puis, il cherche un peu fini par prendre une guitare et en la secouant un peu en faire sortir un petit paquet de poudre blanche.

"Bonne cachette. Tu t’en sers seulement pour ça, ou tu en joues aussi? "

Dis-je en regardant la guitare, c’est un bel instrument, elle ressemble beaucoup à celle que l’on avait chez moi avant l’incident. J’aime mieux ne plus y penser.

-C’est grand chose…Mais, y’en a assez.

"-C’est bien assez pour aujourd’hui."

-Prête?

"-Bien sure, quelle question? Aller." Dis-je avec un léger sourire, puis je viens m’asseoir sur le lit

Il commence à placer les lignes, je le regarde faire puis je me lève et vais voir dans mon sac à main si j’ai de quoi le payer. Je sort un vingt dollars puis je reviens m’asseoir doucement sur le lit en faisant attention de ne pas accrocher le livre.

"Il faut dire que tu sais comment te servir de tes effets scolaires. Tiens, je sais pas si c'est assez ou quoi, mais c’est tout ce que j’ai de toute façon."

Puis je lui tends l’argent en le regardant dans les yeux, plus le temps passe et plus je l’apprécie.

-Tu commences?

"D’accord, comme tu veux."

Je me penche vers le livre et me bouchant une narine avec un doigt, j’asspire une partie d’une des lignes avec l’autre narine. Pis je me redresse finissant d’inspirer, pour bien faire entrer la petite poudre à l’intérieur. Je ferme un peu les yeux et je remonte mes jambes sur le lit en les repliant sur le côté.

"Aller à toi." Dis-je doucement secouant un peu la tête. Ouf, ça réveil assez, faut dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Lun 14 Jan - 15:14

"Bonne cachette. Tu t’en sers seulement pour ça, ou tu en joues aussi? "

Je souris, amusé. Quel idiot je serais de me payer une guitare juste pour l’utiliser comme planque. Surtout que je croule par sur l’or…Quoi qu’en fait, cette guitare, ce n’est même pas moi qui me le suit payer. C’est un cadeau de ma mère de mon ex-beau-papa. D’ailleurs, je demande qu’est-ce qu’il devient. Je ne l’ai pas vu depuis 5 ans. Bref, c’était un bien joli cadeau…

Depuis, j’ai aussi une guitare électrique que j’ai acheté à un pote pour seulement 50$ et qui est encore fonctionnel. Mais, je l’ai laissé chez un ami il y a peu. De toute façon, j’ai rarement l’occas’ d’en jouer. À l’intérieur du pensionnat, ça fait trop de bruit. Acoustique, c’est plus discret.

-Ouais, ouais…J’en joues…Faut bien s’occuper dans cette école, non?

Elle vient s’asseoir sur le lit et me regarde faire.

-Il faut dire que tu sais comment te servir de tes effets scolaires.

-J’ai un esprit simple…Mais pratique, rétorquais-je avec un petit sourire.

-Tiens, je sais pas si c'est assez ou quoi, mais c’est tout ce que j’ai de toute façon.

Elle me tend un billet de 20 dollars et le met dans ma poche. Tss, n’empêches, je penses toujours que ce n’est pas la peine de me payer. Gaspillage d’argent. Barf, j’ai pas à me plaindre d’obtenir cette somme simplement pour me droguer avec un peu de compagnie.

Elle aspire sa ligne et c’est à mon tour d’aspirer la mienne. Bien. Je me penche à mon tour vers le bouquin, une narine bouchée et aspirant le plus de ses petits flocons que je pouvais. Puis, je relève la tête et la penche par en arrière pour éviter de faire tomber la poudre. Je renifle quelques secondes et j’essuie le bout de mon nez. Je la regarde finalement. Cette ligne de coke, c’est quand même vachement plus différent que mon joint de ce matin. Ça passe de la fatigue et au réflexes amoindris à un corps réveillé et en alerte.

Je ris. Réfléchissant un peu à la situation.

-Ça t’arrive souvent? J’veux dire… D’aller te droguer pendant un cours dans le dortoir d’un type que tu connais à peine? Ou juste de te droguer point…

Je marque une pause et pousse un nouveau rire.

-Quand on y pense, je crois que ça m’arrive peut-être un peu trop souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mar 15 Jan - 8:12

-Ouais, ouais…J’en joues…Faut bien s’occuper dans cette école, non?

"Cool, oui c’est bien vrai. Faut dire qu’il y a en masse d’activité pour les tits intello pis les sportifs, mais sinon y’a pas grand-chose à foutre."

-J’ai un esprit simple…Mais pratique,

Je souris à cette réplique, c’est bien vrai. Quand j’ai fini, il snif lui aussi sa ligne. Je me laisse retomber sur le lit, les draps sentent bons, ils ne sentent pas le petits savon tout propre mais ils ont une bonne odeur. Je commence à en sentir les effets, enfin. Je me sens plus alerte, moins démoralisé. Je le regarde qui rie puis il dit;

-Ça t’arrive souvent? J’veux dire… D’aller te droguer pendant un cours dans le dortoir d’un type que tu connais à peine? Ou juste de te droguer point

Je rie moi aussi, il est vrai que la situation est assez spéciale, alors avec un petit sourire je lui réponds amicalement;

"Mais Bien sur que je fais ça souvent au moins, une fois par semaine, ça me donne la chance de rencontrer du nouveau monde et de les entraîner dans une secte secrète où on les sacrifie…"

Puis j'essais de garder mon sérieux, mais impossible je me met à rire bien sur que c’est faux, si j’y repense bien c’est bien la première fois que je suis un inconnu aussi facilement, je suis d’un caractère plutôt méfiant d’habitude.

"Non, non sérieusement j’en prend pas souvent juste quelques fois pour m’amuser ou me remonter le morale en oubliant certains mauvais moments. "

-Quand on y pense, je crois que ça m’arrive peut-être un peu trop souvent.

"De quoi? Te droguer point ou de te droguer dans ton dortoir avec une inconnue?"

Je rie un peu, puis je prends l’oreiller qui se trouvais juste à côté, pour m’accoter dessus.

"J’espère que ça ne dérange pas? Alors dit moi, qu’est-ce que tu conte faire en sortant d’ici, je veux dire, quand tu vas en avoir fini avec cette école?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mar 15 Jan - 13:52

"Cool, oui c’est bien vrai. Faut dire qu’il y a en masse d’activité pour les tits intello pis les sportifs, mais sinon y’a pas grand-chose à foutre."

Je souris. Il y a toujours le salon étudiant ou encore les locaux de musique…Mais, je me vois mal sécher un cours pour aller dans un autre local qui n’est pas le mien et qui est sûrement occupé.

Elle se laisse tomber sur le lit. Moi, je suis toujours assis, les yeux momentanément clos. Puis, je les ouvre. Je sens la drogue qui commence à me parcourir les veines. Mon corps et ma tête devenant peu à peu et largement plus éveillé qu’au courant de la matinée.

"Mais Bien sur que je fais ça souvent au moins, une fois par semaine, ça me donne la chance de rencontrer du nouveau monde et de les entraîner dans une secte secrète où on les sacrifie…"

2 secondes pour assimiler ses paroles que je commence à rire avec elle. Comme c’est débile. De plus en plus d’humour…Mais, ça aurait peut-être été plus marrant si elle aurait gardé plus longtemps son sérieux.

Elle explique que ça ne lui arrive qu’à l’occasion. C’est bien, faut pas abuser des bonnes choses comme on dit. J’suis pas trop bien placé de mon côté. J’abuse peut-être un peu trop de la drogue. Peut-être. Mais, je vois pas en quoi c’est un problème. J’aime ma vie comme ça. « Oublier certains mauvais moments ». Moi aussi, ça l’a commencé comme ça. Pour cette raison et pour le plaisir tout simplement.

"De quoi? Te droguer point ou de te droguer dans ton dortoir avec une inconnue?"

Je ris.

-Les deux.

Une inconnue, un inconnu, des inconnus…Ça varie. L’emplacement varie aussi. Ça m’est même déjà arriver de me droguer avec des gens, de me retrouver le lendemain dans une maison dont je connais pas le propriétaire et dans une ville que je ne connais pas. C’était des gens sympas par contre. Ils m’ont payés le billet d’autobus.

"J’espère que ça ne dérange pas? Alors dit moi, qu’est-ce que tu conte faire en sortant d’ici, je veux dire, quand tu vas en avoir fini avec cette école?"

Je souris. Non, non, ça me dérange pas.

-Ils vont peut-être m’envoyer dans une maison spécialisée en toxicomanie, dis-je simplement. Sinon, je sais pas. J’me trouverais probablement un job…Un appartement…Peut-être qu’un ami m’hébergerait quelques temps…Toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mar 15 Jan - 19:23

-Les deux.

Je ris, il est particulier, je n’ai rien d’autre à rajouter.

-Non, non, ça me dérange pas.

-Ils vont peut-être m’envoyer dans une maison spécialisée en toxicomanie. Sinon, je sais pas. J’me trouverais probablement un job…Un appartement…Peut-être qu’un ami m’hébergerait quelques temps…Toi?

"Je me trouve un p’tit appart sympa, je me met à travailler temps plein au bar et je m’achète une moto. Voilà, c’est mes plans d’avenir, simple, pas trop ambitieux, mais raisonnables. Une maison spécialisée en toxicomanie? Vraiment? Breuk… qui t’enverrais là? Pourtant ce n’est pas un crime de se payer du bon temps de temps en temps."

Les draps sentent vrai bon! Un parfum ordinaire qui n’empeste pas l’air et qui est doux… Je passe ma main sur les draps, puis je lève mon regard vers lui toujours assis là. Je replace une mèche de cheveux venue se placé devant mon visage. J’ai un soudain envie de bouger, je ne me sans plus du tout triste, je ne sais trop si c’est la drogue ou si c’est le compagnie de ce jeune homme mais cela m’est égal, tout m’est égale pour le moment.

J’ai une nouvelle vague de chaleur qui envie mon corps, ouf y fait chaud. Je regard un peu sous ma chemise du pensionnat, que je suis une génie, j’ai pensé de mettre une camisole dessous ce matin. Je me mets à déboutonner mes boutons et par complètement l’ouvrir, dévoilant en dessous une camisole blanche un peu transparente mais pas trop.

"J’espère que cela ne te dérange pas non plus, j’ai un peu chaud. "Je marque une petite pause puis rajoute; "Tes draps sentent bon."

Seulement ça, cela fait trop de fois que je le passe dans ma tête, il fallait que ça sorte. Je me redresse et fini par m’asseoir croisant mes jambes sur le lit devant moi, puis je place l’oreiller sur mes jambes.

"Ça te dirait de jouer un peu de guitare? Ou de mettre un peu de musique, ça serait bien, tu ne trouves pas?"

Je le regarde un peu, puis je me mets à suivre les motifs qui se trouvent sur l’oreiller avec mon doigt, je me perds doucement dans mes pensées, puis j’ai un regain d’énergie, il faut que je bouge. Je regarde Yoann.

"Qu’est-ce qu’on fait? Il faudrait bouger, je ne sais pas…."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mer 16 Jan - 13:51

Elle me parle un de ce quoi devrait ressembler son futur…Son futur proche du moins. Tout comme moi, sa vision de l’avenir ne va pas loin. Des plans…Pourquoi faire ? Surtout on n’a pas trop d’ambition. Ni elle, ni moi ne semble en avoir. Moi, tout ce dont j’ai besoin, c’est un boulot, des amis, de la drogue, de l’alcool et ma guitare. Je n’ai pas besoin d’étude. J’ai aucune envie d’être comptable, avocat, médecin, psy, prof, policier ou je sais pas quoi… J’veux juste survivre.

-Une maison spécialisée en toxicomanie? Vraiment? Breuk… qui t’enverrais là? Pourtant ce n’est pas un crime de se payer du bon temps de temps en temps.

Je souris.

-Qui? La famille, la police, l’école, le juge, le psy…J’sais pas.

Je pouffe de rire.

-Bah si, c’est un crime justement…Et ils trouvent peut-être que je me pais du bon temps trop souvent.

Je m’étends au bout du lit, à la verticale de celui-ci. Je laisse ma tête se balancer un peu à l’extérieur du dit-meuble, mes cheveux touchant le sol. Je m’étire également les bras. J’ai envie de bouger. J’aurais envie de courir. Pas pour fuir quoi que ce soit, juste pour utiliser cette énergie soudaine. C’est ça qui est bien avec le pot, ça t’emmerde pas trop de rester au même endroit. Et, avec l’ecstasy, c’est toujours bien de se balader un peu, mais, au moins, on s’occupe à pas grand chose…Tandis que la coke, enfermer entre 4 murs, c’est pas toujours l’idéal. Je n’ai pas toujours envie de courir, de bouger ou faire du sport quand je sniffe ce truc…Ça arrive que je me contente très bien de cette sensation d’énergie…Mais d’autre fois, non…D’autre fois, j’ai envie de dépenser cette énergie.

-J’espère que cela ne te dérange pas non plus, j’ai un peu chaud.

Je lève les yeux. Si quoi me dérange?

-Beuh..? Ah…Bah non, bah non…

Elle est en camisole. On est pas en cours, qu’elle fasse ce qu’elle veule…C’est transparent ce qu’elle porte, non? J’sais pas. Juste un peu. J’ai pas le temps de m’étendre sur la question que je laisse à nouveau tomber ma tête.

"Tes draps sentent bon."

Je ris.

-Ça s’appelle du savon.

J’ai bien dû faire du ménage un peu avec le sang et la bile que Victor a mis un peu partout.

Elle me propose de jouer un peu de guitare. Je tends les bras pour attraper mon instrument et je me rassois.

"Qu’est-ce qu’on fait? Il faudrait bouger, je ne sais pas…."

-C’est ça le problème. Trop d’énergie mais pas assez d’espace pour faire quoi que ce soit.

Je hausse les épaules.

-Il reste au moins une trentaine de minutes encore avant qu’on puisse sortir.

Je commence à faire quelques accords avec ma guitare sans trop savoir quoi jouer.

-Dis…Tu sais jouer d’un instrument? Tu chantes? Tu danses? Dessines? Pratiques un sport? Je sais pas…

Je jette un œil à l’heure.

-On pourra sortir bientôt, dis-je pour me rassurer moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Mer 16 Jan - 19:39

-Qui? La famille, la police, l’école, le juge, le psy…J’sais pas.

Je ne suis pas certaine de vouloir vraiment comprendre pourquoi il parle de juge et de police, mais bon je préfère garder cela muet, je suis peut-être sous l’effet d’une drogue mais je n’ai pas totalement perdue la tête.

-Bah si, c’est un crime justement…Et ils trouvent peut-être que je me pais du bon temps trop souvent.

"Bah non, puis qu’il s’en servent pour les tit vieux dans les hôpitaux, et en fait si tu en prends seulement pour toi et seul, c’est pas en soi un problème, selon moi ce qui cause vraiment un problème c’est justement les revendeurs."

Je le regarde s’allonger sur le lit et laisser retomber sa tête sur le bout du lit. Cela ne le dérange pas et j’aurais été surprise du contraire en fait. Je fini donc de retirer complètement ma chemise obligatoire puis je me lève pour marcher un peu dans la pièce tenant toujours l’oreiller dans mes bras.

-Ça s’appelle du savon.

"Oui, je sais mais c’est l’odeur du savon qui sent bon, je suis pas aussi inculte que j’en ai l’air, faut pas se fier aux apparences. "

C’est ça le problème. Trop d’énergie mais pas assez d’espace pour faire quoi que ce soit.

Je tourne un peu en rond dans la pièce m’approchant de la fenêtre et jetant un coup d’œil à l’extérieur. Il commence à gratter un peu son instrument, je reviens m’asseoir bredouille sur le lit. Encore trente grosses et longues minutes. Je ne tiendrais pas trente minutes ici, non, on pourrait mettre de la musique et danser, ce serait bien non? Peut-être pas, je doute que Yoann soit le genre à beaucoup aimer la danse.

-Dis…Tu sais jouer d’un instrument? Tu chantes? Tu danses? Dessines? Pratiques un sport? Je sais pas…

"Euh, non j’ai jamais touché à un instruments de musiques de toute ma vie en fait, j’ai jamais eu les moyens de m’en payer un et ou de me payer des cours. Le chant oublie moi, même une canne de conserve est plus mélodieuse que mon chant. Oh ça oui, j’adore la danse, des soirées complètes cela ne me dérange pas. Je dessine un peu, quelques petits gribouillis par-ci par-là, mais rien de vraiment sérieux. Non, je déteste le sport, surtout de groupe je ne veux même pas en parler. "

-On pourra sortir bientôt.

Je fixe sa main qui gratte les cordes de la guitare, quel beau son, même si cela n’est pas une vraie chanson. Je n’y connais rien en musique. Je repense à ce qu’il m’a dit, il y a peu de temps et puis s’il ne veut pas en parler il va me le dire.

"Pourquoi tu as dit que la police pis le juge voudraient que tu ailles en maison de désintoxication? Ta famille je peux comprendre, malgré que dès que tu as 18 ans et bien tu es libre…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Jeu 17 Jan - 15:07

"Bah non, puis qu’il s’en servent pour les tit vieux dans les hôpitaux, et en fait si tu en prends seulement pour toi et seul, c’est pas en soi un problème, selon moi ce qui cause vraiment un problème c’est justement les revendeurs."

Je pouffe de rire.

-Et je viens pas de te vendre de la coke là?

C’est quand même elle qui y tenait. Mais, je ne peux quand même pas dire que c’est la première fois que je vends de la drogue à quelqu’un…Encore moins que c’est la dernière fois. C’est un de mes multiples moyens de faire un peu d’argent.

Elle se lève pour faire quelques pas dans la pièce, mon oreiller toujours dans ses mains. Puis, je repose mes yeux sur les cordes de ma guitare et continue de les gratouiller.

Elle commence à parler. Disant que le savon sent bon…Et qu’elle n’est, pour ainsi dire, pas conne. Je souris.

-J’insinuais rien moi, dis-je en riant.

Je crois que, de nous deux, c’est plus moi qui ait l’air d’un pouilleux inculte. Bon, c’est vrai que d’un point de vue scolaire, elle s’en tire pas mieux que moi et qu’on vient tout les deux de se sniffer une ligne de cocaïne. Mais, elle a quand même l’air d’avoir un peu plus de classe que moi, hein…Bah…Ouais.

Elle répond alors à ma série de question. Pas musicienne. Pas chanteuse. Elle aime bien la danse. Une fille de party quoi…Un peu de dessin, mais, certes, pas une Botticelli dans l’âme. Pas sportive non plus. Moi, je ne suis pas trop doué en sport non plus. Je cours très vite, mais pas trop longtemps (sauf si j’ai un trop plein d’énergie). Je suis grand, mais maladroit. Dans une équipe sportive, j’aurais plus le rôle de la mascotte.

Alors qu’elle parle, mes accords deviennent un peu plus clair, la musique prend une forme plus réelle et moins hasardeuse, le son est un peu plus fort, mes doigts plus rapides.

"Pourquoi tu as dit que la police pis le juge voudraient que tu ailles en maison de désintoxication? Ta famille je peux comprendre, malgré que dès que tu as 18 ans et bien tu es libre…"

Je m’arrête un instant et la regarde, surpris. Je ne m’attendais pas à cette question. Je lui adresse un sourire plus discret, toujours sympathique mais moins satisfait, moins idiot. Puis, mes doigts recommencent à gratter le ventre de ma guitare.

-J’ai eu des ennuis, dis-je avec la plus grande simplicité. Que je me drogue, c’est un secret pour personne. Ni pour le directeur, ni pour la police. J’me suis fais embarquer. Si j’suis à St-Martyr plutôt qu’en désintox’, c’est parce qu’ils croyaient que je serais bien encadrer ici. Je pousse un léger rire et marque une pause. Disons que j’ai fais des bêtises…Une nouvelle pause. Des bêtises dans le genre regrettable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Ven 18 Jan - 10:29

-Et je viens pas de te vendre de la coke là?

"Ah pis, c’est pas important, faut toujours écouter tout ce que je dit. "

-J’insinuais rien moi

"Je l’espère bien", dis-je avec un faux air de méchante

Les notes commencent à prendre forme tranquillement, cela devient une mélodie puis une musique, c’est plutôt agréable, disons que ça change de la radio pis de la musiques populaires. Ce n’est pas un air connu sans doute une composition surprise. Il s’arrête subitement, j’aurais peut-être été mieux de me taire, une fois encore, pour la Xième fois de la journée, j’ai l’impression d’avoir fait une gaffe. Je ne suis pas aussi maladroite à l’habitude, je baisse un peu la tête regrettant d’avoir parlé. La musique revient doucement, puis il répond à ma question, chose que je ne m’attendais pas.

-J’ai eu des ennuis, Que je me drogue, c’est un secret pour personne. Ni pour le directeur, ni pour la police. J’me suis fais embarquer. Si j’suis à St-Martyr plutôt qu’en désintox’, c’est parce qu’ils croyaient que je serais bien encadrer ici. Disons que j’ai fais des bêtises…Des bêtises dans le genre regrettable.

Des ennuis? Regrettable, aie aie aie, et moi je viens de me mettre les deux pieds dans ça. Mieux vaut ne plus rien dire sur le sujet. J’acquiesce en silence pour dire que j’ai belle et bien compris mais je préfère ne pas jeter de l’huile sur le feu. Un autre sujet autre chose à dire. Je me doutais bien que ce n’était un petit garçon parfait, comme certain, mais là qu’est-ce qu’il peut bien avoir fait? J’ai toujours bien aimé les délinquants plus que les p’tit parfait, il m’intrigue mais ça je ne cesse de le dire. Curiosité quand tu nous tiens. Je viens pour ouvrir la bouche et je me retiens, me mordillant doucement la lèvre inférieure. Qu’est-ce qu’il va penser? Il va prendre pour une folle….

"Qu’est-ce que tu as fait au juste? Seulement si tu veux m’en parlé bien sur…"

Je détourne un peu le regard de son visage, et pose mes yeux sur sa main qui gratte la guitare. J’aimerai bien savoir en jouer, c’est un bel instrument qu’est la guitare.

"Tu as suivi des cours ou bien tu as appris seul à n’en jouer?"

Ah, j’ai hâte de sortir, marcher un peu. Pas que je ne me plait pas en sa compagnie, mais je commence à étouffer entre ces quatre murs et avec toute cette énergie plus ou moins pure qui ce trouve en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Ven 18 Jan - 15:33

Elle me fait rire quand même. « Pas important ». Moyen subtile de faire supprimer ses dernières paroles. Ça ne m’embête pas…

Je continue de jouer. J’ai 2 talents dans la vie. Rouler des joints et la guitare. Quoi que la guitare, ça ne m’ait pas venu tout seul. Rouler, ça a presque été le cas. Presque. Pour ce qui est de la guitare, j’apprends des chansons de plus en plus vite, je peux même improviser un peu quand l’envie me prend. Mais, je suis tout de même loin d’être un virtuose. Y’en a qui sont talentueux, d’autres intelligents, certains habiles, forts, rapides, agiles, souples…Et y’a ceux qui sont « Yoannesque ». Ils sont cons et empotés, mais, on les aime bien. Ne me demandez pas qui c’est ce « on »…Mais, on m’aime bien.

"Qu’est-ce que tu as fait au juste? Seulement si tu veux m’en parlé bien sur…"

Elle ramène le sujet. Ai-je vraiment quelque chose à cacher? Vu son air un peu nerveux qu’elle prend en ce moment, si je dis « meurtre », je crois pas avoir droit à une super belle réaction. Et si mon cas s’ébruite trop, j’vais être dans la mire du dirlo…Pas qu’il soit bien méchant…Mais, quand même, il fait son job. J’sais que je suis pas un cas isolé et qu’il y a même d’autres cas comme moi ici…Mais là, c’est quand même des choses rassurantes à dire. Je dis ou je dis pas. Je l’aime bien. Mais, je ne la connais pas depuis longtemps…Et si j’venais de dire les petites lettres dans mon casier judiciaire à tout ceux que j’aime bien, on en finirait jamais. Je peux toujours embellir la réalité comme j’ai tendance à le faire parfois. Mais, on embellit ça comment « meurtre »? Je connais pas de synonymes discrets qui fassent très esthétique.

"Tu as suivi des cours ou bien tu as appris seul à n’en jouer?"

Je la regarde. Mmh?

-J’ai suivi 2-3 cours…Mais, j’ai lâcher parce que je trouvais ça trop chiant. J’ai finis par apprendre par moi-même.

C’est un peu toujours ça qui arrive, j’suis pas brillant, mais j’ai plus appris par moi-même que par l’école. C’est déjà bien, non?

Je marque une pause, réfléchissant encore sommairement à son autre question.

-Un type est mort à cause d’un accident, ils m’ont accusés d’homicide involontaire.

Bravo. T’as réussis à « embellir » ce qui aurait dû être « j’ai poignardé un mec à mort parce qu’il avait tué mon meilleur pote, que j’étais paniqué et défoncé ». Mais, je n’ai pas menti, c’était bel et bien un accident. Je l’aurais jamais tué le mec si j’étais pas en train de faire le pire bad trip de ma vie. C’était un accident. Elle peut interpréter comme elle veut ce mot. « Accident ». Genre, accident de voiture, overdose ou bien juste que le gars s’est complètement cassé la gueule. Que ça a été sous l’effet de la drogue, de l’alcool ou rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Marilou Duval



Féminin
Nombre de messages : 56
Age : 27
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Dim 20 Jan - 13:19

-J’ai suivi 2-3 cours…Mais, j’ai lâcher parce que je trouvais ça trop chiant. J’ai finis par apprendre par moi-même.

J’acquiesce de la tête avec un petit ‘mmm’, sans rien rajouter. Je ne pense pas que ma question précédente, celle concernant ses ‘ennuis’, je ne n’espère pas qu’il me réponde vraiment mais, j’ai toujours un eu penchant pour ceux qui sont un peu plus délinquants. Après tout s’il y a des règlements c’est bien pour qu’on les contourne, sinon, à quoi cela servirait? Mais contre toute attente voilà, une réponse.

-Un type est mort à cause d’un accident, ils m’ont accusés d’homicide involontaire.

"Oh…"

Je reste un peu figé, mais essais rapidement de camoufler ce mal aise, un peu nouveau en moi. Un accident? Quel genre d’accident? Je viens pour continuer mon interrogatoire; Où étiez vous hier soir à 7h? Aller répondez? Avec qui? Pourquoi? Qu’est-ce que vous faisiez? Avez-vous des preuves? En? Aller répondez? Mais je me retiens, rien ne sert de retourner le couteau dans la plaint, j’en sais déjà beaucoup plus que je ne le devrais selon moi. Homicide involontaire…c’est grave quand même.

Je tourne la tête regardant autour de moi, cherchant un nouveau sujet de conversation pour laisser, ce côté de lui qui ne semble pas très très ‘bien’. Malgré que, qu’est-ce qui est bien? Qui peu dire ce qui est bien te ce qui est mal? Les Nazis pensaient faire le bien eux, mais pour les Juifs c’étaient le contraire. Bon allez assez de questionnement pour le moment, du moins sur lui. Homicide involontaire…. Un accident de voiture? Sans doute… Mon regard s’arrête sur l’horloge qui indiquait encore un bon vingt minutes avant de pourvoir quitter cette cage.

Au moins si on regarde le bon côté, je ne pleurs pu et je ne pense pu à…bah à ce qui me faisait pleurer. Ce n’est peut-être pas réellement à cause de la ligne blanche, mais en fiat peu m’importe comment et pourquoi, l’important c’est le résultat. Puis mes yeux quittes les aiguilles du temps et se repose sur la fenêtre.

"Est-ce que cela te dérange si je fume? La cigarette je veux dire, parce que en fait je m’en allumerais une…"

Je ramène mon regard sur lui et sur ses doigts qui continuent de créer une mélodie enivrante. C’est quand même bien fait. Un peu de cordes, quelques morceaux de bois, et voilà, c’est de la musique. Il ne faut pas être la tête à Papineau pour créer quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoann Nadeau
Toxicoman averti


Masculin
Nombre de messages : 2187
Age : 26
Localisation : dans mes pantalons
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Lun 21 Jan - 15:13

Un « oh » synonyme de silence et de malaise. Cela ne me déplaît pas de l’avoir mis dans cette état de gêne. Probablement ne me demandera-t-elle pas de détail et sa réaction est sans doute plus minime que si je lui aurais carrément avoué que j’ai poignardé le type, que j’étais défoncé, que le sang coulait à flot, qu’il y avait un second cadavre à mes côtés et que j’ai passé à deux doigts de faire dans mon pantalon tellement j’avais peur. « Un accident ». C’est plus honorable comme résumé. Ça laisse plus de place à de fausses idées moins condamnables.

Mmh…Le silence est quand même pesant. Probablement se pose-t-elle des questions. Ou pas. Je suis ses yeux du regards. Elle finit par regarder l’horloge et j’en fais de même. 20 minutes. Est-ce que ce sera un 20 minute de malaise? Je ne sais pas quel sujet amené pour remettre un atmosphère détendu, alors, je recommence à gratouiller la guitare.

"Est-ce que cela te dérange si je fume? La cigarette je veux dire, parce que en fait je m’en allumerais une…"

Je souris.

-Ici, tu peux fumer ce que tu veux, j’m’en fous un peu.

Je marque une pause et m’arrête de jouer un instant. Je lève la tête vers elle.

-Dis, tu me donnes une clope?

Moi, je sais qu’il ne m’en reste plus. J’avais le choix entre des cigarettes et du cannabis cette semaine. J’ai décidé que le weed était préférable. Mais, c’est toujours bon pour le moral une clope…J’risque de mourir jeune à force de fumer n’importe quoi. Ajoutes à ça de sniffer et manger n’importe quoi…Mais, au moins, je me pique que très rarement. Alors, j’ai plus de chance de faire une overdose ou contracter un cancer plutôt que d’avoir le sida. Je ne crois pas que mon cas est si dramatique, si ça peut vous rassurer. En fait, je trouve que je m’en sors pas mal…Ouais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bebemort.unlimitedforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une heure à rien foutre (PV)   Aujourd'hui à 12:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Une heure à rien foutre (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» J't'ai rien d'mandé! [Private Elisan]
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
st-martyr :: ♠ St-Martyr ♠ :: Bâtiment annexe [dortoirs] :: Étage 3 [dortoirs des garçons] :: 2 [Victor, Yoann, ... & ...]-
Sauter vers: